FOR SURE

Comment l'environnement impacte la santé

Les maladies de civilisation sont en forte croissance depuis 20 ans.

Les analyses épidémiologiques menées sur une grande échelle montrent une corrélation entre les facteurs environnementaux et les maladies chroniques comme le cancer ou les allergies.

Les molécules ou les matériaux qui se retrouvent dans l'air, l'eau, la nourriture ou les produits du quotidien ont des effets visibles immédiats sur notre santé (comme les allergies) ou des effets silencieux et invasifs (comme les cancers).

 

Les principaux risques sanitaires sont causés par :

  • les substances cancérogènes, mutagènes, reprotoxiques (CMR)

  • les substances persistantes, bioaccumulatives et toxiques (PBT)

  • les perturbateurs endocriniens (PE)

  • les allergènes

  • Les corrosifs et irritants

  • les nanomatériaux

  • Les composants d’emballages qui peuvent migrer

LES SUBSTANCES EXTRÊMEMENT PRÉOCCUPANTES

Le terme de « Substances extrêmement préoccupantes » est le terme employé par l’Union européenne pour qualifier les substances chimiques néfastes pour la santé ou les écosystèmes. Ces substances sont classées en trois familles de risque précises :

 

1. Les CMR

Cette famille des CMR (Cancérogènes, Mutagènes ou reproToxiques) comprend les substances chimiques pouvant modifier le génome ou le mécanisme épigénétique.

 

2. Les substances toxiques et bioaccumulative

La 2nde famille identifie les substances nocives qui se décomposent difficilement et s'accumulent dans la chaîne alimentaire. Celles-ci sont appelées substances PBT (pour Persistante, Bioaccumulative et Toxique) et vPvB (abréviation de très persistante et très bioaccumulative).

 

3. Les substances au niveau de préoccupation équivalent

Cette famille comprend entre autres et en particulier les perturbateurs endocriniens. Pour ces substances, il n’existe pas de protocole défini. Elles sont identifiées au cas par cas.

 

 Les substances extrêmement préoccupantes sont majoritairement des produits de synthèse complexe, issus de la pétrochimie ou de la chimie complexe.

Ces substances agissent sur les cellules de l’organisme par modification de l’ADN, par altération de l’expression épigénétique, par stress oxydatif ou parce qu’elles induisent une réaction immunitaire toxique sur la durée.

LES PERTURBATEURS ENDOCRINIENS, UNE CLASSE A PART

 

Parmi ces substances à haut risque, les perturbateurs endocriniens  sont une classe à part.

 Ils sont très complexes par la nature même des hormones qui sont des vecteurs d’information métabolique – ce qui induit que cette information peut être active quelle que soit son intensité (sa dose)  et qu’elle peut être minimisée ou au contraire potentialisée par le contexte (l’effet cocktail).

Leur complexité crée une indétermination qui nécessite de au législateur de prendre des positions qui ne sont pas inscrites dans la toxicologie réglementaire.

 

LES ALLERGIES

 

L'allergie est un "chaos immunitaire", une réponse disproportionnée de l'organisme à certaines substances qui a priori ne sont pas directement toxiques.

Ces allergies peuvent être respiratoires, cutanée ou alimentaire.

 

L’OMS désigne les allergies comme la 3ème maladie chronique dans le monde depuis 2016 et prévoit, d’ici 2050, quelles toucheront une personne sur deux dans le monde.

Les allergies se développent donc de manière préoccupante.

Une exposition croissante et quotidienne à certaines substances allergisantes serait la cause de cette hausse.

 

Les substances parfumantes sont une source majeure d'allergènes. Le SCCS (Scientific committee on consumer safety) en recence plus de 170.

 

LES CORROSIFS & IRRITANTS

 

L'Union Européenne l’Union Européenne définit une corrosion cutanée comme une lésion cutanée irréversible et une irritation cutanée à une « apparition, sur la peau, de lésions réversibles à la suite de l'application d'une substance d'essai pendant une durée allant jusqu'à quatre heures ».*

 

Contrairement aux allergies, le pouvoir corrosif et irritant d'une substance est proportionnel à sa concentration.

Prévenir les risques de lésions irréversibles et réversibles passe par l'interdiction des substances les plus préoccupantes et par une formulation équilibrée et contrôlée des produits d’entretien. 

* Règlementation 1272/2008 relative à la classification, à l'étiquetage et à l'emballage des substances et des mélanges

 

LES NANOMATÉRIAUX

 

Les nanomatériaux sont des objets mesurant 100 nanomètres ou moins.

 

Le nanomètre est le milliardième du mètre. 

Cette taille confère aux nanomatériaux une surface d’échange démultipliée.

Les propriétés physico-chimiques  des nanomatériaux sont aussi inédites.

À ces ordres de grandeur, le nano-argent devient un antibactérien puissant, le nano-carbone devient jusqu'à cent fois plus résistant que l'acier, le nano-dioxyde de titane devient transparent, les liquides deviennent super-fluides, etc.

Mais les nanomatériaux ont des effets mal connus sur la santé et ils sont difficilement identifiables par les consommateurs

 

 

LES EMBALLAGES

 

Les emballages sont majoritairement des produits de la pétrochimie.

Leur biodégradabilité est faible ou nulle. Ils sont écotoxiques.

Ils peuvent aussi avoir des effets indirects toxiques sur la santé. Leur plastique ou leur résine peuvent relarguer des PE en particulier.

C’est le cas du Bisphénol A ou BPA qui a été interdit en France dans les biberons en 2010 et dans tous les contenants alimentaires en 2015.